Accueil    |   Contact
   
 
 
Mars 2007

 

 

Saint Patrick

Saint Patrick (cca 385-461) est un saint catholique fêté le 17 mars. Il est à la fois l’évangélisateur de l’Irlande et le fondateur du christianisme irlandais.

Saint Patrick, qui était britto-romain, de son nom chrétien de naissance Maewyn Succat, serait né aux environs de 385 en Bretagne insulaire dans la région qui correspond à l’actuel Pays de Galles – ultime refuge celtique des bretons insulaires invaincus par l’occupant germanique – à Bannaven Taberniae de parents britto-romains : Calpurnius et Conchessa. Son père, bien que diacre, n’était pas considéré comme un homme très religieux, sa situation aisée provenant de la collecte de taxes.

En 405, à l’age de seize ans, Maewyn Succat, plus tard, saint Patrick est enlevé par des pirates irlandais notamment, Niall de neuf otages qui le vendent comme esclave. Durant ses six années de captivité, près du bois de Fochoill, en Mayo, il est berger pour le compte d’un chef de clan irlandais. Peu religieux avant sa capture, il rencontre Dieu et devient un chrétien dévôt.

En 411, il parvient à s’échapper après que Dieu lui ait dit, dans un de ses rêves, de rejoindre le rivage et de s’embarquer sur un bateau, supposé de 200km Waterford ou Wexford. Après trois jours de mer, il débarque sur les côtes anglaises, et peu après les côtes françaises, où il devient prêtre. Il gagne ensuite les îles de Lérins, près de Cannes en France, et s’installe au monastère de Saint-Honorat où il se consacre à des études théologiques pendant deux années. Puis, auprès de saint Germain d’Auxerre, il devint diacre puis évêque.

En 432, il retourne en Irlande qu’il commence à évangéliser. Il sillonna tout l’Irlande prêchant, enseignant, construisant églises, monastères et écoles. Il fit réputé pour son courage héroique, son humilité et sa bonté.

Au Rock de Cashel, lors d’un sermon demuré célèbre, il montre une feuille de trèfle: -Voila la figure de la Trinité sainte. Les figures de triades étaient familières à la religion celtique : Le trèfle deviendra ainsi le symbole de l’Irlande, grâce à Maewyn Succat, dit saint Patrick.

La légende raconte que c’est à ce moment-là qu’il chasse tous les serpents du pays, action qui symbolise la conversion du peuple irlandais : les serpents représentent l’ « antique ennemi », c’est-à-dire Satan, rendu responsable de l’ignorance du Dieu véritable. Encore selon la tradition, Saint Patrick introduit également le concept de Trinité dans le pays en se servant du trèfle pour l’expliquer. Il est ordonné évêque et prend le nom de Patricius (Patrice ou Patrick en latin). En langue gaélique, Patrick s’écrit : Pãdraig.

On pense que la majorité des druides celtiques devinrent moines, adoptant la religion chrétienne présentée avec tant de finesse et de conviction. Après de longues années d’évangélisation, il se retire à Downpatrick où il meurt le 17 mars 461. Il y est enterré aux côtés de Sainte Brigitte et de Saint Columcille, tous deux également patrons de l’Irlande.

Lorsque meurt Maewyn Succat, dit saint Patrick, en 461 ou 462, l’Irlande est chrétienne sans avoir compté un seul martyr, et les monastères y sont très nombreux.

3,14159… Les fans de Pi honorent le 14 mars

C’est une histoire d’amour un peu spéciale, à la fois d’une insondable complexité et d’une remarquable simplicité. L’objet du désir cache un mystère jamais percé depuis des millénaires. Les adorateurs du nombre Pi ont une date de prédilection pour se retrouver chaque année: le 14e jour du troisième mois, 3,14.

Et, cette journée-là, qui tombe ce mercredi, il est une heure précise où les disciples de la virtuelle Eglise de Pi communient particulièrement: c’est à 1h59, par dévotion bien sûr aux décimales suivantes de Pi (3,14159).

Aux États-Unis, les lieux habituels de rendez-vous pour les fans de ce nombre à l’aura intact depuis Archimède sont divers. Cela peut être à Cambridge, près de Boston, site du célébrissime Massachusetts Institute of Technology (MIT) qui, pendant longtemps, s’est amusé à annoncer aux postulants leur admission le 14 mars. Avant d’y renoncer, pour des raisons pratiques, au grand désespoir des candidats qui trouvaient le choix du «Jour de Pi si romantique». Mais il se dit que les étudiants chercheurs du MIT continuent, tous les 14 mars, à se souhaiter une bonne fête de Pi.

Les amoureux de Pi se retrouveront également à l’Exploratorium de San Francisco, pour déguster des tartes («pie» en anglais se prononce comme «Pi»), en portant des bijoux en forme de Pi (16e lettre de l’alphabet grec) ou encore de superbes colliers où chaque perle a une couleur identifiée à un chiffre et est disposée, bien sûr, dans l’ordre du nombre Pi. Les participants se rassembleront autour d’une sorte de lieu sacré dédié Pi, en fait une plaque en cuivre sur laquelle sont gravés les 100 premiers chiffres de Pi.

Beaucoup de ces passionnés les connaissent par coeur, d’ailleurs, les 100 premières décimales. Pas étonnant, quand on sait que l’un de leurs passe-temps favoris consiste à se défier dans des joutes récitatives au cours desquelles les concurrents doivent débiter le plus grand nombre possible de décimales.

À ce petit jeu-là, c’est un Chinois qui détient le record, Chao Lu, un étudiant en chimie qui a récité par coeur les 67 890 premières décimales de Pi en 2005. Cette performance a duré plus de 24 heures et a nécessité plus de 26 bandes vidéo, qui ont ensuite été transmises pour validation au Livre Guinness des records.

Mais on est très loin des super-ordinateurs qui ont déjà réussi à calculer plus de 1 000 milliards de décimales. Sans jamais percer le mystère de ce nombre qui fascine les mathématiciens depuis des siècles, sans jamais découvrir la formule magique de l’enchaînement de ses décimales. Une seule certitude: Pi est le rapport constant de la circonférence d’un cercle à son diamètre (Pi est l’abréviation du grec «periphereia»).

D’autres «dingues» de Pi ont trouvé des moyens moins rébarbatifs d’exprimer leur amour, tout en mémorisant la suite des décimales: la poésie. C’est le cas de cet ingénieur informatique originaire de Virginie, Mike Keith, qui a écrit une ode à Pi, un poème, ou plutôt un «pième» comme il le dit lui-même. Les quelque 4,000 mots de cette lettre d’amour ont la particularité de posséder chacun un nombre de lettres qui suit très exactement l’ordonnancement des décimales de Pi: le premier mot a trois lettres, le deuxième une seule, le troisième quatre lettres, et ainsi de suite. En théorie, il «suffit» donc d’apprendre ce poème par coeur pour retrouver les 4,000 premières décimales de Pi.

Mais, au fait, à quoi bon tout cela? A cette interrogation, beaucoup d’entre eux répondent par une autre question: «À quoi bon gravir l’Everest?»…

 

Première table d’hôtes de l’année 2007

Kiki’s Bistro
900 N. Franklin
Chicago, IL 60610
312.335.5454
www.kikisbistro.com
Jeudi 22 mars 2007
Dîner à 19 H 30


RSVP avant le 17 mars à Jeanette Jackson (jjackson@ufechicago.org)

-Au menu-

Salade de betterave
Coq au vin traditionnel
Tarte au citron



Menu à prix fixe :
45 $ pour les membres de l’UFEC
50 $ pour les membres Alliance Française, Eurochicago, FACC & GPF
55 $ pour les non-membres
2 verres de vin et toutes taxes et services inclus


Pour confirmer votre participation, merci d’envoyer votre chèque (libellé à l’ordre de l’UFEC) avant le 17 mars à notre boite postale UFEC
P.O. Box 11492
Chicago, IL 60611.

 

Jeux de societe – 24 mars 2007


Reservez le vendredi 8 juin: Gala de l’UFEC au Sofitel

N’oubliez pas de réserver votre 8 juin 2007 pour venir fêter les 30 ans de l’UFEC en écoutant du Blues. L’événement aura lieu au Sofitel (20 E. Chestnut St.) à partir de 19h.



Evénements

Festival de la francophonie:

Du 2 au 30 mars à l’Alliance Française. Visitez le site internet suivant pour le programme complet: www.af-chicago.org

Festival du film européen:

Pour plus de renseignement, consultez le site suivant: http://www.artic.edu/webspaces/siskelfilmcenter/2007/march/1.html

Opéra:

Dialogues of the Carmelites: Consultez: www.lyricopera.org

Musique:

– Orchestre Philharmonique de Radio France le 21 mars: Consultez: www.cso.org

L’ UFEC vous recommande un concert de musique classique francaise a l’Universite de Chicago interpretee par des musiciens francais

Le samedi 28 Avril 20 heures
Lieu : Mandel Hall of the University of Chicago
1131 E. 57th Street( angle de 57th et University) – Chicago

Programme :
– Prelude a l’Apres-Midi d’un faune de Claude Debussy
– Symphonie en Si majeur d’Ernest Chausson
– Fantaisie pour piano et orchestre de Claude Debussy.

Interprete par Francois Chaplin http://perso.orange.fr/francoischaplin/francais.html

Ticket hotline:(773) 702 9075

Théatre:

The Workroom” au New Studio Theater. Une pièce de théatre de Jean Claude Grumberg qui met en scene la vie de Parisiens qui essayent de retrouver une vie normale apres l’occupation de la seconde Guerre Mondiale. Pour plus d’infos, visitez http://www2.colum.edu/undergraduate/theater/calendar.php?action=full&id;=80

Radio:

Si vous souhaitez suivre l’actualite et rester informes sur la culture francaise grace aux ondes de Chicago, cela se passe sur WHPK 88.5 FM :
Majolie Zéphirin et Jacob François vous propose une emission de radio hebdomaire qui vous informe et vous propose des interviews. Les mardis de 15h a 16h. “French Accents” une emission dirigee par Mireille Dobrzynski sur la culture et la musique francaise. Les Mardis entre 17h et 18h. “Voilà Lakay” -francais et haitien- musique, nouvelles, culture et programme pour les enfants, dirige par Jacques St Surin. Le samedi entre 16h et 19h.

Sur WNWI 1080 AM : “La vie en disapora”, émission francophone le dimanche de 21h00 à 22h00.

 





 
Copyright©2006 UFEChicago & UFE / Tous droits réservés